Sélectionner une page

GERMANA CIVERA, CHORÉGRAPHE


 

Artiste en résidence à l’ENSAM

Stage Égalité des chances février 2017 Elsa DECAUDIN

Image copyright Alois Aurelle

 

GERMANA CIVERA

En janvier 2020 une nouvelle page de la résidence de l’ENSAM s’ouvre avec l’arrivée de Germana CIVERA.

Cette artiste qui a été présentée dans des lieux aussi divers que la Fondation Cartier, le centre national de la danse, le CRAC de Sète, le festival Montpellier danse ou le théâtre national de Catalogne veut communiquer son enthousiasme et son envie de travailler avec toutes les communautés de l’ENSAM.

Si elle a esquissé un projet, sur « le paysage humain », et souhaite mettre en place un « observatoire de pratiques et d’observations artistiques contemporaines », elle se veut à l’écoute des attentes et des propositions.

ACTUALITÉ

FIGURES

FIGURES

FIGURESSCULPTURE-PERFORMANCE Germana Civera et Laurent Goldring Germana Civera chorégraphe artiste résidente à l’ENSAM propose FIGURES sculpture-performance, un travail réalisé avec le photographe et plasticien Laurent Goldring. Une sculpture-performance qui se...

lire plus
BODYWORK

BODYWORK

AVEC GERMANA CIVERA ATELIER DE PRATIQUE POUR LE PERSONNEL Germana Civera artiste en résidence à l’ENSAM vous invite à participer à son atelier «BODY WORK». Etudiants, enseignants, personnels, venez expérimenter, et vivre dans votre corps, ces propositions !ATELIER...

lire plus
Interview

Interview

Lors du confinement des membres du personnel de l'ENSAM ont posés quelques questions à Germana Civera.   Germana, pourriez-vous vous décrire ?   "Se décrire, réaliser une auto description… Trouver des mots pour décrire qui suis-je ? Cette question je la...

lire plus

JE ME SOUVIENS – TÉMOIGNAGES, TRACES / MARS 2020

CLASSE S5 2019 CEDRIC TORNE ET GERMANA CIVERA                                              JE ME SOUVIENS – TÉMOIGNAGES, TRACES / AVRIL 2020                  ENSAM   AVEC : ANAIS CORREARD, ANNA DELALANDE, AURORE CASSAGNES, BRYAN MARQUEZ, CELINE MICHEL, CEMIL SAHIN,...

lire plus
JE ME SOUVIENS – EN IMAGES / AVRIL 2020

JE ME SOUVIENS – EN IMAGES / AVRIL 2020

CLASSE S4 2019 CEDRIC TORNE ET GERMANA CIVERA                                              JE ME SOUVIENS – TÉMOIGNAGES, TRACES / AVRIL 2020                  ENSAM – CHAI ST RAPHAEL SETE   AVEC : ANAIS CORREARD, ANNA DELALANDE, AURORE CASSAGNES, BRYAN MARQUEZ, CELINE...

lire plus

JE ME SOUVIENS

 

TÉMOINGAGES, TRACES / MARS 2020
CLASSE S5 2019 CEDRIC TORNE ET GERMANA CIVERA
ENSAM -CHAI ST RAPHAEL SETE
 

AVEC :

BANCAREL Valentin, BOUTEYRE Hugo, BOUVIER-LAMBERT Emma, BROCHIERO  Charlotte, CRETIN Tom, FELIPE Marie, FERNANDEZ Aurore, FRANÇOIS Alice, FUNKE Clara, GARCIA Victoria, HALILEM Morgane, LABAT Pauline, LAURENT Marie, LEGER Thomas, NGUYEN Thi Thuy Nga, NIKIEMA Nongobzanga Nelly, ROSE Lorine, ROUVIERE Roméo, VITTE Louisiane, ZINNO Laëtitia

Le travail de création de Germana Civera tente de découvrir et de proposer d’autres modalités de re- présenter le corps, au travers de son regard et de sa pratique (explore et développe des dynamiques de communication et de perception via la conscience physique, l’improvisation, l’écriture chorégraphique et la performance) dans une étroite collaboration avec d’autres médias artistiques. Elle met en jeu l’altérité entre passé et présent, entre mémoire et action. Une incorporation de l’invisible dans l’immédiateté du temps présent.

À PROPOS DE FIGURES sculpture-performance 

FRAGMENT // DOCUMENT SONORE VERSION : FRANÇAIS

Texte : Germana Civera et Laurent Goldring – Voix : Germana Civera

VIDÉOGRAMMES  

Dans la cadre du mois de la photo, Germana Civera chorégraphe artiste résidente à l’ENSAM propose FIGURES sculpture-performance, créé avec le photographe et plasticien Laurent Goldring. Une autofiction chorégraphique ou tentative d’autoportrait sera présentée le mardi 17 mars à 18H00 dans le Hall 1 de l’ENSAM. Dans l’espace du CUBE, on découvrira des tirages photos issus de vidéogrammes intégrant la performance. 

« Qu’est-ce qu’un visage ? Est-ce la fable d’un corps ou la sculpture d’un récit ? Est-ce la trame corporelle d’une personne ou la figure pâle d’un portrait filmique peint par une caméra ? Qui sommes-nous donc : des visages dont l’expression de la face supporte la vie ou des mimiques contraintes de nos chairs qui symbolisent la mort ? Où se tient la voix quand elle échappe au corps et s’emploie à en donner seule une vision narrative invisible ? À quelle présence corporelle la figure de nos traits renvoie-t-elle ? Où donc se tiennent les images du visage et du corps quand elles échappent à la reconnaissance rassurante du regard ? Qu’est-ce qui vient à bouger en nous à la surface même de notre peau, sur les plis de la face ? Y a-t-il un langage solitaire et silencieux du corps détaché de notre âme ? 

Ce sont de telles questions que suscite en nous le travail de Germana Civera, chorégraphe, et de Laurent Goldring, vidéaste. Une belle installation et ou performance qui relève à la fois, sans exagération aucune, du cinéma, de la danse, du théâtre, de la littérature, de l’art du portrait, de la sculpture et qui se dénomme curieusement : « Figures. Sculpture-performance ». Comment cela est-il possible, comment peut-on réunir une telle multiplicité d’approches au sein d’un seul ensemble ? ( … ) ».                                                              

 

                                                                                           Emmanuel Brassat  – La Critique                                                                                                                             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Germana Civera et Laurent Goldring ont déjà travaillé ensemble à de nombreuses reprises depuis 1992 et durant près de dix ans : le plus souvent dans un dialogue de recherche, FIGURES sculpture-performance après sa création en 2004 pour le Festival International Montpellier Danse, devient une référence majeure dans le domaine de la danse contemporaine.

Par la suite, FIGURES  a été présenté à des nombreuses reprises, notamment à Paris, au Centre Georges Pompidou, à La Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, au Centre National de la Danse, mais aussi à La Porta à Barcelone, au The Rawawit Space for Performing Arts au Caire, au Festival Transamériques à Montréal, au Riocenacontemporanea de Rio de Janeiro. Ce qui lui a valu d’être traduit en français, en espagnol, en anglais, en italien, en portugais et en arabe. en 2013).

Tothom Balla 2020

La coreografia ballada.

S'inscrire à notre Newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles de l'ENSAM.

Vous vous êtes inscrit avec succès