Sélectionner une page

Faisant état de l’importance de la place de la recherche en architecture au sein des ENSA, le Groupe de Recherche en Formation HIT Lab (Habiter Innover Transformer) souhaite ouvrir de nouveaux horizons de recherches dans une dynamique collective et autour d’une méthodologie innovante. Leur premier Symposium réalisé en collaboration avec Métropoles du Sud, l’objectif était d’interroger les rapports entre Recherche et Pratique propre à la discipline de l’architecture.
Le séminaire scientifique s’est tenu le 24 mai 2019 à l’École d’Architecture de Montpellier. Ainsi trois tables rondes ont été organisées autour des thématiques : « Pratique de la Recherche en Architecture », « Place de la recherche dans la pratique » et « L’expérimentation outil de recherche ».
Le Symposium 2019 s’est tenu le 25 mai 2019 au Musée Fabre de Montpellier et a réuni les architectes : Manuel GAUSA – UNIGE, Gênes, Italie ; Samuel BERNIER-LAVIGNE – École d’Architecture de l’Université de Laval, Québec ; Graham CRIST – RMIT University, Melbourne, Australie ; Pierre THIBAULT – École d’Architecture de l’Université de Laval, Québec.


SEMINAIRE SCIENTIFIQUE
24.05.2019 à l’ENSA de Montpellier


Cette journée a été inaugurée par Alain Derey, directeur de l’ENSAM, et Valérie Wathier, adjointe à la Cheffe du BRAUP – Ministère la Culture.

Recherche & Pratique
Positionnement de la recherche en architecture

Cette première journée s’est articulé autour de trois tables rondes dans lesquelles les membres de HIT Lab se sont mobilisés et sur chacune d’entre elles une personnalité extérieure était invitée pour apporter un éclairage propre et introduire le débat.

Panel de discussion 01 – Pratique de la Recherche en Architecture


Nous avons débuté avec la « pratique de la recherche » interrogeant la posture de chercheurs architectes et enseignants dans une école d’architecture. Y a -t-il un pratique spécifique ? Quels projets de recherche sont portés ? En quoi ils s’inscrivent et portent-ils spécifiquement la discipline ?
Intervenants :
Élodie NOURRIGAT – Architecte, Pr. ENSAM, Responsable Scientifique HITLab
Laurent DUPORT – Architecte, MCF. ENSAM, Membre du conseil HITLab
Florence SARANO – Architecte, MCF. ENSA Marseille, Membre du conseil HITLab
Eneko URANGA – Architecte, Enseignant Université du Pays-Basque, San Sebastian, Espagne
Clara MEJIA VALLEJO – Architecte, Pr. Université Polytechnique – Département architecture, Valence, Espagne

Panel de discussion 02 – Place de la Recherche dans la Pratique


La seconde table ronde a exploré « la place de la recherche dans la pratique » avec le témoignage d’enseignants praticiens. Il a été étudié la triade : enseignement / recherche / pratique. Comment l’articulation se fait ? Existe-il des structures ou entités spécifiquement dédiées à la recherche au sein des agences ? Est-ce un outil de valorisation de la pratique ? Quels moyens y sont consacrés ? 
Intervenants :
Jacques BRION – Architecte, MCF. ENSAM, Membre du conseil HITLab
Guillaume GIROD – Architecte, MCF.A. ENSAM, Membre HITLab
Nicolas LEBUNETEL – Architecte, MCF.A. ENSAM, Membre HITLab
Pierre SOTO – Architecte, MCF. ENSAM, membre HITLab
Christophe BOYADJIAN – Architecte, MCF. ENSA Lyon

Panel de discussion 03 – L’expérimentation outil de recherche


Enfin, nous avons interrogé les outils, notamment au travers de « l’expérimentation comme outil de recherche ». C’est la Question du « FAIRE », non pas comme résultat, mais comme outil de recherche qui sera mise en débat. De quel type d’expérimentation parlons-nous ? Quelle place pour les FabLab ? Comment se créer une commande expérimentale ?
Intervenants :
Thomas DALBY – Architecte, Enseignant ENSAM, Membre HITLab
Brice LEBOUVIER – Architecte, MCF.A. ENSAM, Membre HITLab
Johan LAURE – Architecte, Enseignant ENSAM, Membre HITLab
Malek DAHBI – Architecte, Enseignant ENSAM La Réunion, Membre HITLab

SYMPOSIUM 
25.05.2019 au Musée Fabre


Cette journée a été inaugurée par Alain Derey, directeur de l’ENSAM.

Positionnement Régis Olives, Ingénieur Enseignant-Chercheur, Directeur de Sup’EnR, Université Perpignan Via Domitia

INTERVENANTS : 

MANUEL GAUSA
_UNIGE, Gênes, Italie 

Membre fondateur de l’agence Gausa+Raveau actarquitectura et de la maison d’édition Actar Editorial, Manuel Gausa est un architecte catalan articulant sa production entre théorie et pratique. Ainsi, il s’implique dans les champs de la production architecturale et urbaine, de l’enseignement, de l’édition, des expositions et des recherches prospectives et critiques sur la ville contemporaine. Il définit son travail comme une série d’expériences et de propositions qui favorisent la configuration et la redéfinition de l‘espace contemporain ainsi que sa connexion avec les nouvelles conditions formelles, sociales, techniques, économiques et environnementales composant les métropoles d’aujourd’hui. Son engagement dans le processus de recherche se traduit par son implication dans la publication de nombreux ouvrages, il a été rédacteur en chef de la revue « Quadrens d’Architectura i Urbanism » de 1985 à 1991 et fondateur du groupe « Metapolis »
qui vise à développer de nouveaux outils de recherche pour l’architecture et le territoire. Il a également pris part à la création de l’IAAC – institut avancé d’architecture de Catalogne – dont il a été le Dean de 2012 à 2015. Manuel Gausa, s’investit également dans l’enseignement. Après avoir été professeur à l’ESTAB-UPC de Barcelone et directeur du programme « Architectures avancées et villes digitales » de la fondation polytechnique de Catalogne, il devient professeur titulaire et directeur de l’école doctorale en architecture de l’université de Gênes. Enfin, l’agence Gausa+Raveau Actarquitectura a livré récemment un projet de 145 logements dans la ZAC Clichy Batignolles à Paris.

SAMUEL BERNIER-LAVIGNE
_École d’Architecture de l’Université de Laval, Québec 

Samuel Bernier-Lavigne est professeur agrégé à l’École d’architecture de l’Université Laval, fondateur du FabLab ÉAUL et directeur du xFab. Il détient un doctorat en architecture (théorie, conception et fabrication numérique), en plus d’être récipiendaire de l’Henry Adams Medal of Honor (AIA), de la médaille de l’Institut Royal d’Architecture du Canada (IRAC), de la Bourse du Collège des Présidents (OAQ) et d’une bourse d’études supérieures du Canada Alexander-Graham-Bell (CRSNG).
Samuel a notamment travaillé pour Studio Cmmnwlth (New York), Gramazio & Kohler (ETH, Zurich), et enfin UNStudio (Amsterdam), sur de nombreux projets allant de l’échelle de l’objet à celle de l’urbain. Il a aussi effectué une résidence doctorale à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon en plus d’être diplômé de l’Architectural Association Visiting School Los Angeles. Ses recherches financées portent sur le développement des nouvelles technologies en architecture et la question de la haute-résolution. Il collabore avec plusieurs firmes d’architecture au Québec, notamment par le biais de concours, fût commissaire de l’exposition et éditeur du catalogue « La bibliothèque d’Alfred Neumann (1900-1968) », en 2019 avec Georges Teyssot, et professeur responsable des installations architecturales du premier MNBAQ Gala en collaboration avec Shohei Shigematsu (OMA) en 2018. Ses travaux sont largement diffusés par le biais d’expositions, de publications et de conférences à travers le Canada, les États-Unis et l’Europe. 

GRAHAM CRIST
_RMIT University, Melbourne, Australie 

Graham Crist est un architecte basé à Melbourne, en Australie. Il est associate professor à l’école d’architecture et urbanisme de l’université RMIT, et directeur de l’atelier d’architecture « Antarctica ». Il était autrefois le directeur du programme « Master of Architecture » à Melbourne et aussi à Saigon, au Vietnam. Actuellement il est chair de la PRS Asia ; le programme de PhD par la recherche pratique dans la région asiatique. Graham a achevé son doctorat dans la même PRS programme de recherches pratiques au RMIT. 
Ses recherches intitulées « Sheds for Antarctica : The Environment for Architectural Design and Practice » sont portées sur les structures d’architecture « loose-fit » et leurs capacités à s’adapter aux contextes et éventualités inconnues. Il est né en Australie Occidentale, où il a fait sa licence d’architecture et une maitrise par recherche. Pendant un sejour à Paris, il a travaillé à l’agence Mellett.
La production de son agence « Antartica » se concentre sur de petites architectures publiques, surtout pour les communautés isolées et périphériques. Son projet de recherche « Supertight » va faire l’objet d’une grande exposition au Design Hub Gallery à Melbourne en juillet. Le projet se concentre sur la valeur des espaces urbains hyper-dense, essentiellement dans les mégalopoles d’Asie. 

PIERRE THIBAULT
_École d’Architecture de l’Université de Laval, Québec

Pierre Thibault est architecte, diplômé de l’Université Laval, à Québec. En 1988 il fonde l’Atelier Pierre Thibault. Il concilie ponctuellement son activité d’architecte avec celle d’enseignant à l’Université Laval et d’autres universités en Europe et aux États-Unis. Dès les années 1990, il réalise de nombreux projets d’envergure qui le distinguent au niveau international comme le Centre d’exposition de la Baie Saint-Paul (Québec) pour lequel il recevra le prix d’excellence de l’ordre des architectes du Québec.
En 1996, il est lauréat du Prix de Rome, attribué par le Conseil des Arts du Canada pour 
le projet du théâtre de la Dame de Cœur, réalisé en 1995. En parallèle il réalise de nombreux projets résidentiels tels que « la maison noire » ou « la résidence les abouts » sur lesquels l’expérimentation du lieu de vie devient centre de toute réflexion. 
Les rapports au paysage tout comme au site sont pour lui des modes de conception intrinsèques au processus de projet qu’il s’est créé. Cela se retrouve notamment dans son travail dans la relation du bâtiment au site. 
Hormis l’architecture, Pierre Thibault se consacre à la question de l’occupation des territoires au travers notamment d’installations mettant en scène le rapport entre construction et lieu. Une recherche de mouvement et de dialogue qui se retrouve dans ses projets architecturaux permet l’expérimentation du lieu, sa confrontation au paysage. Dans les vastes paysages canadiens ou bien au cœur d’une ville, l’installation permet d’établir un laboratoire expérimental entre espace et lieu. On retrouve ce travail en 2016 à l’occasion de l’événement « Passages Insolites » organisé par l’association Exmuro où l’atelier expérimente l’espace public avec son installation « Le banc des neiges » ou encore lors d’installations telles que « Territoires Habités ».

S'inscrire à notre Newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles de l'ENSAM.

Vous vous êtes inscrit avec succès