29 Juin 2015

Territoires, Urbanités, Paysages

Axe de recherche 2

Le sens des formes architecturales et urbaines dans les territoires de la métropolisation constitue l’énoncé placé au cœur de la réflexion menée dans cet axe.  

Membres

ISZATT Annabelle
Architecte EPFL, Docteure en architecture, maître-assistante associée (TPCAU) (à partir de sept. 2013)

NOURRIGAT Elodie 
Architecte DPLG, Docteure en architecture, maître-assistante (TPCAU)

SISTEL Anne 
Architecte DPLG, Docteure en géographie urbaine, maître-assistante (VT)

VIALA Laurent 
Docteur en géographie, maître-assistant (VT)

Bien avant 2008, plusieurs groupes (l’antenne du GERPHAU, FU2D, Artopos), ayant nourri la recherche au sein de l’Ecole, ont contribué à ce questionnement tantôt en valorisant l’analyse et la compréhension de la transformation des territoires et des paysages urbains et périurbains français, tantôt en explorant des mutations parfois plus lointaines engageant plus directement la place et le rôle des projets architecturaux et urbains, tant dans la recomposition des territoires que dans la mise en œuvre de stratégies de développement économique et de rayonnement international.

L’histoire urbaine comme l’histoire de l’architecture n’ont cessé d’interroger le sens des formes urbaines et architecturales dans leur rapport avec les formes sociales et politiques qui prévalaient au moment où elles ont été produites. Les faiseurs de ville eux-mêmes attachaient sans doute quelque importance à cette question du sens donné à l’objet. Dès lors, la ville contemporaine et, a fortiori, celles qui, relevant de cette catégorie, figurent comme les plus emblématiques des temps urbains actuels (les métropoles et leurs territoires d’allégeance), ne peuvent pas échapper à cet exercice d’exploration de leur être profond. Alors que les territoires de la métropolisation proposent des configurations économiques, sociales environnementales et spatiales finalement assez diverses et vivent ce phénomène avec une intensité variable, ce sens demande à être investi notamment au regard d’un des derniers grands discours à l’œuvre faisant de la durabilité le mot d’ordre.

Notre approche transdisciplinaire travaille à une meilleure connaissance du sens des formes, non compartimentée et partagée de manière critique.