Sélectionner une page

LE DISCOURS DU DIRECTEUR

Mesdames et messieurs les étudiants,
Mesdames et messieurs les enseignants,
Mesdames et messieurs les membres du personnel administratif,
Mesdames et messieurs les représentants des instances de gouvernance,
Chers amis,

L’année qui s’est achevée a été d’une grande intensité pour le fonctionnement des écoles d’architecture, et pour la nôtre en particulier.

Elle s’est inscrite dans le prolongement d’une réforme ambitieuse qui court sur son erre depuis la promulgation, en février 2018, de cinq décrets. Je ne vais pas les détailler mais chacun d’entre eux a entraîné des modifications profondes et parfois attendues de longue date.

Ces décrets vont dans le sens d’une plus grande autonomie des écoles qu’il convient de renforcer en revendiquant pour chacune d’entre elles ce qui la caractérise en propre. Pour notre part c’est, à n’en pas douter, la professionalisation.

Les Présidents des principales instances le rappellent régulièrement et les études qui nous sont confiées par nos partenaires, dans le cadre de l’enseignement du projet, sont une opportunité pour nos étudiants qui se trouvent ainsi directement confrontés à l’acte de bâtir.

Je veux profiter de cette opportunité pour remercier les enseignantes et les enseignants qui relèvent le défi en encadrant les projets confiés par les collectivités ou par tout autre structure de la société civile. Ils ne contribuent pas seulement à la formation des futurs architectes, ils contribuent notablement à la reconnaissance de notre école et plus encore, ils affirment la place de l’architecte dans notre société.

Depuis l’année dernière, nous nous sommes engagés dans la réalisation d’un plan quinquennal, dont l’objectif est à la fois d’améliorer la carrière des enseignants et de répondre aux besoins de l’établissement en matière de pérénisation des emplois d’enseignants dans les différents champs disciplinaires.

Cela ne peut se faire sans une volonté forte du corps enseignant lui-même qui s’inscrit dans une démarche conduisant à la titularisation et au changement de corps statutaire.

Je veux saluer celles et ceux qui ont compris cette démarche et qui ont réalisé cet effort consistant à passer le cap des concours dans un contexte qui est favorable pour l’intégration d’une équipe pédagogique. Le nombre de postes ouverts par notre école témoigne de cette volonté de profiter de cette opportunité.

Si la réforme de 2018 nous a enfin apporté un statut d’enseignant-chercheur, il me semble primordial de souligner les efforts qui ont été déployés dans cette école pour que le domaine de la recherche prenne un véritable essor. Je pense évidemment à la création du HitLab et sa relation privilégiée avec l’université de Perpignan. Nous attendons beaucoup des enseignants qui s’inscrivent en doctorat ou qui vont obtenir une HDR, d’autant que les champs disciplinaires concernés sont plus particulièrement ceux de l’architecture.
Mais il s’agit aussi de reconnaître les travaux de recherche menés dans le cadre de projets où l’école a une part prépondérante : POPSU Métropole et POPSU Territoires, OEHM, HUT…..

C’est pourquoi les décharges d’enseignement pour activités de recherche sont essentielles aux enseignants-chercheurs et qu’il convient de ne pas se tromper sur leurs attributions. Celles-ci doivent aussi bien contribuer à la formation des enseignants, qu’à la valorisation des travaux menés, afin de renforcer à terme, le positionnement de notre école dans le paysage de la recherche. ,

Ce qui est vrai pour l’enseignement l’est aussi pour l’encadrement administratif et je ne peux que féliciter les agents qui ont obtenu un changement de statut et qui ont ainsi compris qu’il s’agissait d’abord et avant tout de s’inscrire dans une démarche personnelle de professionalisation, exigeante, certes, mais d’autant plus valorisante.

C’est d’autant plus essentiel que malheureusement les avancements de carrière sont très aléatoires et le plus souvent décevants. Je voudrais rappeler aussi que la contrainte qui pèse sur l’obtention d’emplois à temps plein, les ETP dont nous parlons si souvent, est devenue plus forte (deux ETP en moins en 2019, deux autres ETP en moins en 2020) et que la création de postes de titulaires est inexistante (hors enseignement) sauf lors des transferts du T3 (budget de l’établissement) au T2 (budget du ministère) par réussite aux concours.

Comme beaucoup d’ENSA nous avons fêtés nos 50 ans grâce à de nombreux partenaires qui se sont mobilisés pour donner à cet événement un caractère festif mais aussi culturel. Je tiens à les remercier chaleureusement et en particulier François FONTES, Président de notre Fonds de Dotation Ambition Archi qui répond toujours présent à nos demandes de soutien.

C’est aussi dans ce cadre que nous avons obtenu de la DRAC pour les bâtiments de notre école le label Architecture Contemporaine Remarquable. Je profite de cette occasion pour saluer la nomination du nouveau directeur régional, Michel ROUSSEL, et lui offrir mes voeux de plein succès dans ses nouvelles fonctions. Merci Véronique Cottenceau de lui transmettre ce message.

En fin d’année 2019 nous avons obtenu le renouvellement de notre accréditation auprès de l’Union Internationale des Architectes qui dépend de l’UNESCO. Il convient de s’en féliciter, particulièrement pour l’école d’architecture de La Réunion au coeur de l’Océan Indien, car la venue d’experts internationaux est toujours l’occasion de “faire école”, en resserrant les rangs, pour peu que nous soyons convaincus de nos valeurs et de l’intérêt de les porter ensemble.

Il s’agissait aussi d’une sorte de répétition générale, puisque la venue prochaine des experts du Haut Conseil pour l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES), début février, poursuivra le cycle des évaluations, habilitations et accréditations. Une façon d’ouvrir cette nouvelle année 2020 et de l’accompagner jusqu’à la signature du nouveau Contrat Pluriannuel d’Objectifs avec nos représentants du Ministère de la Culture.

Vous l’avez compris, l’année 2020 sera certainement aussi dense que l’année précédente et elle verra le renforcement de l’équipe pédagogique enseignante puisque, a priori, 8 nouveaux postes de Maîtres de Conférence seront accessibles par voie de concours : 6 à l’ENSA de Montpellier et 2 à l’école d’architecture de La Réunion.

Dans un autre registre, vous me permettrez de remercier Elsa DECAUDIN, chorégraphe en résidence à l’ENSAM qui nous aura accompagné au cours de quatre années. Je sais qu’il est loin d’être facile de trouver toute sa place dans notre école et encore plus difficile quand on n’est pas directement impliqué dans le cursus.

Je reste cependant persuadé que cette résidence a toute sa place, en dépit des difficultés rencontrées pour trouver un public en interne. Je souhaite la bienvenue à son successeur Germana CIVERA, qui prend le relai en espérant qu’elle trouvera au sein de cette école tous les motifs de satisfaction.

Je profite de cette transition pour vous donner des nouvelles des travaux d’aménagement prévus dans la cour qui abrite les installations techniques. Les appels d’offres ont été fructueux, le chantier devrait démarrer début avril pour une livraison des nouveaux ateliers au cours du premier semestre de l’année 2020 : un atelier de microédition, un atelier de danse et une salle de répétition pour La Lézard.

Je ne m’étends pas sur les aménagements annexes, qui seront autant de facilités pour préserver les maquettes et les planches des étudiants.

Plus important pour nous encore, ce sont les espoirs que fait naître le nouveau Contrat de Plan Etat-Région 2021-2027. Quatre fiches-projet ont été proposées et sont en cours d’examen :

– l’annexion d’un bâtiment voisin, appelé le collège des Indous, qui deviendrait le centre de recherche de l’école
– la construction sur le site d’un Incubateur, afin d’accompagner les jeunes diplômés sur des projets d’entreprise
– l’édification sur le site et dans le prolongement de la médiatèque d’un learning center comportant des salles connectées
– la réhabilitation du bâtiment central, dans l’objectif d’une remise aux normes et d’économies d’énergie, projet qui pourrait se faire dans le cadre du cursus des étudiants.

Ces projets manifestent l’ambition que nous avons pour l’ENSAM et qui s’appuie sur les priorités de la Région Occitanie, d’accompagner plus particulièrement les projets de rénovation innovants dont l’empreinte énergétique serait la plus faible possible.

Cette priorité doit aussi être relayée au sein de notre école, à la fois dans les pratiques quotidiennes mais aussi dans les contenus des enseignements.

Les membres de la Commision des Formations et de la Vie Etudiante en sont persuadés et l’accueil de la 3ème conférence d’ENSA-ECO à l’ENSA de Montpellier, grâce à l’investissement d’enseignants que je tiens à remercier, en est une preuve tangible. Il est important aussi de souligner tout l’intérêt que revêt à ce propos Le livre vert produit par ce collectif.

Je veux aussi insister sur le fait que l’ENSAM a fait savoir à notre ministère que des enseignants se sont portés volontaires pour bénéficier de la formation organisée par FEEBAT. On ne peut que s’en féliciter.

Enfin je voudrais terminer mon propos par des remerciements adressés d’une part :

– au personnel administratif, pour son investissement et sa disponibilité afin que notre établissement remplisse de la meilleure façon l’ensemble de ses missions
– aux étudiants pour leur engagement à nos côtés, dans le domaine associatif mais aussi à travers les différents événements qui ponctuent la vie d’une école, tels que : (la journée portes ouvertes, les parrainages des primo-entrants, les concours internes…)

Je vous offre, à toutes et à tous, mes vœux les plus chaleureux et les plus sincères en vous souhaitant tous les succès et toutes les réussites partagées.

Je vous remercie

Alain DEREY

S'inscrire à notre Newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles de l'ENSAM.

Vous vous êtes inscrit avec succès