Flat Preloader Icon patientez
Sélectionner une page

LA PLATEFORME CNAÉ

9.02.2024 | À LA UNE, ACTUALITÉS

Nouvelle plateforme d’écoute

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche lance la Cnaé (Coordination nationale d’accompagnement des étudiantes et des étudiants), une plateforme qui permet à chaque étudiante et étudiant de bénéficier d’une écoute et d’un accompagnement en cas de mal-être.

Opérée par l’association « En Avant Toutes », sous l’égide du ministère, la Cnaé est accessible par téléphone au 0 800 737 800 et par mail à cnaes@enseignementsup.gouv.fr, de 10h à 21h en semaine et de 10h à 14h le samedi.

Gratuite et confidentielle, cette plateforme permet d’entrer en contact avec des professionnel.le.s (psychologues et travailleur.se.s sociaux) qui recueillent la parole, accompagnent et orientent les étudiantes et étudiants vers les ressources et les dispositifs existants, notamment dans leur établissement. Elle permet également de signaler des situations pouvant relever d’une qualification pénale :

  • discrimination ;
  • harcèlement ;
  • violences sexistes et sexuelles.
  • Pour plus d’informations :

    Dans quelles situations la communauté étudiante peut contacter la CNAé ?
    -une problématique sociale et financière

    -un mal-être et/ou des signes d’anxiété, d’angoisse, de stress, etc.

    -une envie de parler, d’être écouter

    -une situation d’emprise, harcèlement, violences, discriminations

    Qui peut solliciter la CNAé ?

    Tout étudiant ou étudiante inscrit.e dans un cursus post-bac (classe préparatoire, BTS, DUT, licence, master, doctorat, apprentissage, alternance, etc.).

    Les étudiant.e.s non-francophones peuvent également solliciter la plateforme, par téléphone ou par mail.

    Le dispositif de la CNAé s’inscrit dans la politique de lutte contre les VSS, pilotée par le ministère.

    Le 15 octobre 2021, un plan national de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche 2021-2025 est lancé pour franchir collectivement une étape supplémentaire dans la prise en charge des VSS et infuser un changement des pratiques et des comportements à tous les niveaux.
    Quatre axes de travail :

      1.La sensibilisation et la formation massive de toute la communauté de l’ESR 

      2.Le renforcement des cellules d’écoute mises en place par les établissements 

      3.La communication sur les VSS au niveau local et national 

      4.La valorisation de l’engagement des étudiantes et étudiants et des personnels sur ces sujets