Flat Preloader Icon patientez
Sélectionner une page

Exposition – Habiter Le Grand Paysage
Revitalisation des centres-bourgs lozériens à la Galerie d’Architecture de Paris

L’exposition « HABITER LE GRAND PAYSAGE » est la restitution de travaux d’étudiants de licence de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier sur la problématique de la « Revitalisation des Centres-Bourgs » pour le territoire de la Lozère menée entre février 2016 et juin 2018, au sein du Studio Lafond.
Chaque année, depuis deux ans, Jérôme Lafond, enseignant à l’ENSAM fait travailler ses étudiants sur trois villages lozériens en partenariat avec les collectivités, associations et organismes locaux.

La première année l’ensemble des étudiants a participé à une expérience de partenariat entre l’ENSAM, l’association Terres de Vie en Lozère, le CAUE 48, les services de l’État, les organismes d’habitat en Lozère, les municipalités et les habitants des villages candidats  de BADAROUX, ESTABLES, et SAINT-DENIS EN MARGERIDE.

La deuxième année, les villages d’ISPAGNAC, BARRE-DES-CEVENNES, SAINT-MARTIN DE LANSUSCLE, ont été choisis en coordination avec le Parc National des Cévennes, l’Association Territoriale Causses Cévennes, le CAUE48 et les services de l’état.

La thématique de la « Revitalisation des centres-bourgs » est le «pré-texte» d’enrichir une approche pédagogique expérimentant la traversée des échelles de pensée où le Territoire agit sur l’Architecture, où l’Architecture est le moyen de lier l’Homme et le ‘’Grand Paysage’’. Cette démarche pédagogique s’appuie sur le croisement de thématiques du régionalisme critique**, du développement local auto-soutenable***, des nouvelles figures de l’urbanisme rural et de la prise en compte des enjeux environnementaux, des ressources territoriales durables.

Des propositions de logements,  d’hébergements temporaires et de petits équipements publics architecturaux et/ou urbains, à la juste mesure des besoins et demandes des partenaires dévoilent une détermination dans les deux promotions d’étudiants à mettre l’habitant au coeur des décisions du renouvellement urbain des communes. Ils ont aussi pris soin de toujours développer des projets urbano-architecturaux en lien avec les échelles paysagère et historique. Enfin, cette réflexion thématique leur a aussi permis, non seulement de faire évoluer la pensée du projet avec des acteurs hors du champ disciplinaire de l’architecture, mais aussi de se confronter aux demandes et contraintes réelles des habitants et des municipalités.

Sont exposées également les photos « profondeur de champ » de Benoit Alazard qui proposent de voir la Lozère autrement, Architecte de formation, ce photographe indépendant aime donner de la dignité, de la splendeur à des lieux oubliés.