Sélectionner une page

SOUTENANCE DE THÈSE DE DOCTORAT PAR M. Théodore Guuinic

2.12.2022 | #CONFERENCE, À LA UNE, ACTUALITÉS

Faire école en temps de crises. Héritages bâtis et réinvention des modèles à Montpellier et dans

le Midi méditerranéen ( XVIIIe-XXe s.)

 

SOUTENANCE DE THÈSE

 

Jeudi 08.12.2022 à 14h00

À l’Université Paul-Valéry Montpellier III (site Saint-Charles, salle du Conseil). 

 

Résumé

Résumé de la thèse

 

Explorant le temps long de l’époque contemporaine, la présente thèse étudie la transmission du métier d’architecte à Montpellier et dans le Midi méditerranéen. Grâce à l’analyse d’archives inédites, la thèse retrace la succession des enseignements de l’architecture dispensés à Montpellier, de la Révolution à la régionalisation. Cette histoire, qui s’attache d’abord à décrire les cadres institutionnels offerts à cet apprentissage, met également en lumière ses modalités et sa teneur sur le plan théorique.
Plusieurs ensembles documentaires, d’une ampleur et d’un intérêt rare, permettent d’apprécier finement la nature de ces pédagogies, plus spécialement au cours de trois périodes de crises. Le cas des leçons dispensées à la fin du XVIIIe siècle amène ainsi à explorer l’hypothèse d’un enseignement d’architecture « révolutionnaire » : une série de manuscrits et de dessins inédits, élaborés en pleine Révolution par l’architecte Charles-Étienne Durand, sont ici analysés en détail. Plus tard, au cours des XIXe et XXe siècles, d’autres périodes critiques font l’objet d’une attention particulière, amenant à élargir le cadre de lecture de la thèse à d’autres formes d’« écoles ».
 
 
Au-delà des seuls enseignements institutionnalisés, l’étude met alors en évidence plusieurs expériences collectives constituant elles aussi des écoles de l’architecture. Recherchés au sein même des pratiques du métier, plusieurs cas permettent, par leurs éclairages successifs, d’entrevoir une « leçon » propre à ce contexte méditerranéen : berceau des premières pratiques de restauration monumentale, la région reste au XXe siècle le théâtre d’expériences originales, qui s’enrichissent au contact des avant-gardes artistiques.
À la croisée de ces deux phénomènes, l’œuvre de l’architecte et restaurateur Jean Sonnier est ainsi représentative d’une génération de restaurateurs très active après-guerre dans le Sud-Est de la France, ayant en commun d’avoir été formés pendant leur captivité en Allemagne au cours de la Seconde Guerre mondiale.
Au fil de cette enquête apparaissent ainsi autant de façons de faire école en temps de crise, analysées au prisme d’une circulation des savoirs qui, sur la longue durée, s’est parfois opérée par des voies insoupçonnables.
 
 
 

S'inscrire à notre Newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles de l'ENSAM.

Vous vous êtes inscrit avec succès